BITON MAMARI KOULIBALY : DES SYMBOLES ET DES LEçONS

789

Au fait de sa puissance et de sa gloire, le Roi de Ségou a refusé de se soumettre à la volonté de Dieu et a par conséquent, refusé que le destin s’accomplisse, cela malgré l’interprétation du rêve par le devin Kanouté. Malheureusement, contre son gré, il a été obligé de se rendre à l’évidence. Un jeune garçon payé en impôt du fait de la pauvreté de ses parents, est devenu Roi de Ségou. Il s’appelle Ngolo Diarra. Souvenez vous, que les prémonitions de l’accession de Lansana Conté au pouvoir suprême, votre site avait rapporté des révélations faites par des proches et des témoins sur l’attitude inconvenante du  Chef de Canton de Ouassou à l’égard du futur Président de la République de Guinée. Pour la simple raison d’avoir croisé le regard du jeune élève à l’école de la localité, à l’occasion d’un sacrifice que les marabouts l’auraient conseillé de faire, afin de perpétuer son règne. Le Chef de Canton aurait renvoyé Lansana Conté de Ouassou. Son père Alkhaly Alsény Conté sera sommé, de venir chercher son fils qu’il enverra poursuivre ses études à Dubréka en ayant pour tutrices, les familles Cissé et Fernandez. Le destin de Lansana Conté s’est accompli le 3 Avril 1984, mais il n’a jamais gardé une once de rancune ou de haine à l’endroit de la famille du Chef de Canton. Au contraire il l’a entourée de tous les soins. C’est une grande marque de grandeur.

Le Kaldouyanké Thierno Mamadou Cellou dit « Karamoko Alpha mo Labe » le fondateur de la ville et de sa mosquée, laissa le destin s’accomplir lorsque son unique fille et ainée de ses huit enfants, Aissata Ngniré, but l’eau bénite de sa jarre et qui était destinée à son petit frère Alpha Ibrahima. Il tenta de la lui reprendre en demandant l’aide de tout Labé. Malheureusement ce fut un échec. Car, il avait dit   aux marabouts, que les prières et les bénédictions devraient être faites pour son ainé sans préciser son « ainé mâle » qui était Alpha Ibrahima dit Thierno mo Sigon. Or son ainée était Aissata. Karamoko Alpha mo Labé se rendit à l’évidence que les héritiers de son immense savoir ,ne seront issus que de la seule et unique descendance de Aissata. Il en fut  ainsi. Car, cette dernière donnée en mariage « Alamani » au Séléyanké Mama Doulla ,eut six garçons qui Se fixèrent respectivement : Mody Saidou à Karantagui, Abdoulaye Tanou  à Gadha- Comba, Karimou Tanou à Dalein-Hindé, Ousmane Tanou à Lélouma, Ibrahima Bano à Dalein-Kolla et Bacar Dendé à Mombéya.

Les trois derniers eurent pour fils les grands walious qui n’ont pas encore d’héritiers au Fouta,Thierno Boubacar Poti Lougoudhi, Thierno Sadou mo Dalein et Thierno Mamadou Samba Mombéya, tous sont des arrières petits-fils de Thierno Mamadou Cellou dit « Karamoko Alpha mo Labé »,qui abdiqua et laissa sans hésiter le destin de sa Fille Aissata Ngniré s’accomplir. Faisons comme lui en ne nous mettant pas au travers du destin des Hommes. Car, c’est de la peine perdue d’avance.

Amadou Diouldé Diallo