ESPRIT CNRD

391

On peut parier que depuis la fin de la première république suite au décès du Président Ahmed Touré le 26 Mars 1984, on n’avait pas assisté à une interpellation suivie d’arrestation et d’emprisonnement d’un administrateur territorial et de surcroit Colonel de l’Armée Guinéenne, Manson Sangalan Camara, le Préfet de Mali pour détournements de fonds publics au détriment des collectivités locales.

A noter que Sangalan est un village Diallonké de Mali dont était également originaire le Commandant Diouma Camara mort en détention au camp Boiro.

Cette courageuse prise de responsabilité du CNRD est à saluer vivement dans la mesure où elle constitue une très grande rupture avec l’impunité qui a toujours caractérisé la gouvernance des régimes précédents qui ont tous donné une prime au laisser-aller et au pillage des biens de l’Etat.

C’est pourquoi cet acte majeur posé par le CNRD doit s’imposer à toutes les autorités et à tous les gestionnaires  des biens publics dont le comportement et le manque de scrupules ont considérablement retardés le développement socio-économique de ce pays.

Il faut oser espérer que le cas du Colonel Manson Camara qui a été présenté à un juge et qui croupit en prison à Mali même dont il est à la fois fils et préfet servira d’exemple à tous ceux qui occupent une si petite parcelle de responsabilité et de gestion, et qui emprunteraient le chemin interdit du trafic d’influence et de gabegie financière. Particulièrement les administrateurs territoriaux qui se comportent en potentats dans l’arrière-pays.

Mention spéciale au CNRD et au Gouvernement pour avoir montré au Colonel Manson Camara qu’il n’est pas au dessus de la Loi.

Couronnes tressées au Colonel Mamadi Doumbouya qui donne la preuve irréfutable qu’un Légionnaire ne parle pas.il agit.

 

                                                                                                  Amadou Diouldé Diallo