LIGUE DES CHAMPIONS ET COUPE DE LA CAF, CHUTE DE L’INDICE DE LA GUINEE

623

Grace aux performances suivies et continues du Horoya  ses deux compétitions, la Guinée s’était vue octroyer quatre places dans la représentativité continentale. Malheureusement le club de Matam confronté à d’énormes difficultés de tous ordres, a chuté de son piédestal et entrainé avec lui la diminution du quota du pays qui était de quatre. Même si leur participation n’a pas donné de bons résultats, mais plutôt une saignée financière pour l’Etat, on pouvait se vanter d’appartenir au cénacle restreint des pays dont le championnat  avait une réelle valeur marchande qui attirait de beau monde et faisait du pays, une destination prisée. En tout cas avec le Horoya qui arrivait en tête de course du championnat des années durant, on embrayait sur un retour annoncé des clubs Guinéens. Et voilà que tout cela s’envole comme un château de cartes et le champion attitré d’hier, se cherche dans le ventre mou du championnat sans qu’on ne trouve une bonne explication à cette dégringolade qui entraine celle de ses poursuivants d’hier. Des investissements perdus pourrait-on dire, et un retour à la case départ de deux clubs représentatifs. Pour se consoler on peut dire que deux et quatre sont tous des chiffres paires, sauf c’est l’addition de deux  qui fait quatre. A moins que les mathématiciens du Horoya et de la Fédération, ne posent autrement l’équation. Pauvre de nous .la constance dans l’effort et dans la durée ne font  malheureusement pas partie des codes admis et consacrés du football dans sa pratique continue, assidue mais peu compétitive en Guinée pour atteindre les cimes de l’excellence Africaine.

 

 

Amadou Diouldé Diallo