QUE VEULENT VRAIMENT LES DIAKANKES

1 017

Jusque là, leur grande réputation tenait à leur parfaite connaissance du Coran. A telle enseigne qu’arrivés au Fouta et installés à Touba dans le Binani à Gaoual, par la volonté et la générosité du Kaldouyanké Thierno Mamadou Cellou dit « Karamoko Alpha mo Labé », du moins pour ceux qui partirent du village de Makkakolibanta dans le Matam Sénégalais, les Diakankés furent les Maitres Coraniques de nombreux Marabouts Peuls bien postérieurs à la légion des Thierno Mamadou Samba Mombéya et ses Cousins Germains, Thierno Sadou mo Dalein,Thierno Boubacar Poti Lougoudhi et autres Thierno Doura Sombili,Thierno Oumar Rafiou Daralabé , Thierno Mawiatou Maci et Thierno Aliou Bhoubha Ndiyan. Ils préparèrent aussi, les Princes Peuls au Commandement des provinces dans la suite de succession de leurs pères. On en était là, lorsqu’ils explosèrent dans le commerce une fois arrivés sur le littoral où leur négoce fut incontournable en même temps qu’ils continuèrent à créer et à développer d’importants foyers islamiques. Islam et Commerce font bon ménage et peuvent tout aussi s’exporter. Et voilà qu’ils constituent de nos jours, une puissante diaspora qui participe activement au développement aussi bien de leurs localités que des grandes villes. La communauté d’un peu plus d’un million d’habitants, ne comptait que par la célébrité de certains de ses fils comme le grand Militaire Kaman Diaby, l’Erudit  Elhadj Nabaniou Chérif, les Respectés Imams et frères Elhadj Ibrahima Sory et Mansour Fadiga, ou encore le Ministre de la Sécurité Elhadj Ibrahima Sory Diaby et l’Eminent Journaliste Sportif et Homme de Culture Gaoussou Diaby, le Producteur Culturel Ibrahima Sylla de Sylliart Production. Sont venus s’ajouter dernièrement à cette constellation, l’Excellent Economiste et Homme Politique Sidya Touré qui a failli même faire son entrée au Palais Sékhoutouréya, Le Richissime Homme d’Affaires et Homme Politique, Elhadj Mamadou Sylla, le Révolutionnaire des Médias Guinéens Lamine Guirassy. La liste devient longue, et pourtant elle n’est pas finie. Car, c’est maintenant le football avec toute sa magie, toute sa beauté, toutes ses émotions et ses pulsions, toute sa douceur du Nectar de Babylone, que les Diakankés viennent de s’approprier, de dompter sur le Vieux Continent même, dans un des Championnats les plus corsés du Monde, la Bundesliga Allemande, à travers Sékhou Guirassy.«Monsieur But »,non, « Monsieur Trois Buts » par Match.les Anglais appellent çà le « hat-trik ». 13 réalisations en 7 rencontres. Incroyable. C’est  un Diakanké pur sang, lavé de talismans, soutenu par les longs chapelets qu’on égrène à Touba, à Dabankou, à Boké, à Matakaou,dans les foyers et les appartements d’Europe, des Etats-Unis, du Canada, de L’Australie, accompagnés de prières et de bénédictions quand le porte-étendard Diakhanké Sékhou Guirassy, est sur le terrain. C’est le Prince Kaou Diaka,bien au-dessus du Foulaké qui prépare sa revanche en  mangeant les plats réchauffés du passé. En se souvenant d’un certain Ibrahima Kandia Diallo que l’inimitable reporter Boubacar Kanté, avait surnommé «  Monsieur But ». Alors s’il était en vie, qu’allait-il dire de Sékhou Guirassy. « Diakanké, Mooro, ko Porto ».

Vive le Sanakouya.

Amadou Diouldé Diallo