LES PREDICTIONS DE KARAMOKO ALPHA MO LABE

884

Il en aurait fait quatre selon certaines chroniques anciennes. A date, trois se sont effectivement réalisées :

1/ Pour avoir bu l’eau bénite de sa jarre, Aissatou Ngnirè son unique fille et ainé de ses huit enfants, se verra récompenser à travers sa descendance, de l’héritage de son savoir. Ainsi, prédit, ainsi réalisé. Car, la Kaldouanké épousa le Seleyanké Mama Doulla DIALLO, de leur union, naquirent six  garçons qui sont : Boubacar dende Bano Tanou, Ibrahima Bano Tano, Ousmane Bano Tanou, karimou Bano Tanou, Abdoulaye Bano Tanou et Saidou Bano Tanou.

Les trois premiers dans l’ordre, furent les pères des grands Walious encore inégalés au fouta. Il s’agit donc des cousins germains et conséquemment arrières petits fils de karamoko Alpha mo Labé : Therno Samba Mombeya, Therno Sadou mo Dalein et Therno Boubacar Poti Louggoudhi Lelouma.

A noter que le second Therno Sadou mo Dalein  fut proclamé waliou à l’âge de 16 ans seulement. Il avait à son tour prédit la naissance d’un enfant prédestiné dont le monde entier parlera jusqu’à la fin de ses jours, dont la mère ne serait pas seulement du fouta, mais aussi pas peule. Quelle serait prise en captivité lors d’une guerre sainte  que le fouta aura menée loin de ses terres. Et c’est lui-même qui indiqua le sacrifice à faire pour la victoire. Ce sera celle de la bataille de tourban kansala dans le N’Gabu.

C’est encore Therno Sadou mo Dalein, qui rédigera le texte admis et consacré jusqu’à maintenant, de la répartition de l’héritage du fouta. Avant de faire parti du collège des Marabouts qui conseillèrent l’alternance Alphaya et Soriya lors de la réunion tenue à Fougoumba, la capitale religieuse de la confédération théocratique. Cela permit, l’exercice du pouvoir d’Almamy, par la descendance des deux cousins germains, les Seydiyankés Alpha Ibrahima Sambegou Ibn Nouhou dit karamoko Alpha mo Timbo (1er Almamy) et Ibrahima Sory Yero Pathé Ibn Maliki, dit Almamy Sory Mawdho (2ème Almamy). Il en sera ainsi jusqu’au 22ème et dernier Almamy.

A rappeler que c’est le Waliou, le woyabhe Therno Oumar Rafiou BARRY de Daralabé, qui prononça l’oraison funèbre de Therno Sadou mo Dalein à sa mort.

Aujourd’hui, il faut se féliciter de la numérisation des 26000 œuvres laissées par Therno Mamadou Samba Mombeya, Therno Sadou mo Dalein et Therno Boubacar Poti louggoudhi Lelouma.

A suivre

                                                                                                                      Amadou Diouldé DIALLO