CAN 2023 : LE CHOC DES DEMI-FINALES

884

Elles étaient 24 équipes réparties en six poules dans les villes d’Abidjan, de Yamoussoukro, Bouaké, San Pedro et Korogho, à prendre le départ le 13 Janvier dernier. A ce jour, il ne reste plus que quatre qui vont s’affronter ce mercredi, pour deux places en finale de cette CAN de l’effondrement des prévisions et des certitudes. Une seule cependant, celle de ne pas voir couronnée une nouvelle tête.car les quatre équipes en lice, ont toutes remportées au moins une fois, le prestigieux trophée de la biennale du football Africain. Les Bafanas Bafanas de l’Afrique du Sud, à la maison aux dépens de la Tunisie en 96, les Super Eagles du Nigéria, vainqueurs sur leurs terres en 80 face aux Fennecs d’Algérie, contre les Chipolopolos de Zambie en Tunisie en 94, et les Etalons du Burkina Faso en 2013 au Pays de Madiba Nelson Mandela. Et c’est justement, ces deux équipes qui vont croiser le fer au Stade de la Paix de Bouaké. Au regard de leurs prestations dans cette CAN, on peut donner une prime à l’audace et à la saveur du football des Nigérians, menés par le charismatique et généreux Victor Osihmen, qui donne la preuve éloquente du mérite du ballon d’Or Africain. A cela, viennent s’ajouter une équipe homogène, tactiquement présente, lubrifiée par des gestes techniques de génie et des supporters dévoués, dont la géographie, facilite l’écriture de la composante de l’histoire en Côte d’Ivoire voisine. Bien à l’opposé des Sud-Africains qui ont été même contraints aux tirs aux buts pour se débarrasser des Requins Blues du Cap-Vert, en dépit du fait, que leurs eaux en regorgent de Durban à Captown. Les Léopards de la RD Congo, sont des habitués de la compétition qu’ils ont remportée en 68 en Ethiopie, devant les Blacks Stars du Ghana, et en 74 en Egypte face à la Zambie. Ils peuvent par conséquent, vouloir appliquer la règle admise qu’il n ya jamais deux sans trois, surtout quand sur la liste de leurs victimes, on retrouve les Pharaons d’Egypte et le Sily National de Guinée. Mais attention, dans cette forêt Ivoirienne où tous les Lions ont été forcés à rendre leur couronne, il va de soi que l’Eléphant, veuille se proclamer Nouveau Roi de la Forêt, d’abord la sienne, ensuite celle Africaine, après l’accomplissement Divin du Miracle Ivoirien. Il sera donc très difficile aux Congolais, de résister au nombre et à la ferveur qui montent de tout le pays de Didier Drogba, au croisement des ambitions de tout un peuple. Deux proverbes, un Chinois, l’autre Douala, pourraient bien résumer ce à quoi pourraient s’attendre, les riverains du Majestueux fleuve Congo et son poumon vert mondialement reconnu : « On éteint pas ses incendies avec l’eau des rivières lointaines », autrement dit, que le public Ivoirien suffit largement pour pousser leur équipe en finale afin de  décrocher un troisième titre, après ceux de 92 au Sénégal et 2015 en Guinée-Equatoriale, aux dépens des mêmes Blacks Stars du Ghana, les deux fois aux tirs aux buts. « Quand on arrive dans une nouvelle forêt, on laisse les singes t’indiquer ce que tu dois manger ». Allez comprendre le plat que les Eléphants de Côte d’Ivoire vont offrir aux Léopards de la RDC.

Amadou Diouldé Diallo