FOOTBALL : ERREURS FATALES

824

Avec SI, on peut mettre Paris dans une bouteille a-t-on coutume de dire. Alors, disons que si Kolo Kuani avait fait le retrait à Kyllian Mbappé de qui, il venait de recevoir une passe lumineuse à l’intérieur même de la surface de réparation Argentine, et aux ultimes minutes de la finale de la Coupe du Monde au Qatar, la France aurait remporté son troisième titre mondial. Si, Vendredi dernier au Stade Alassane Ouattara d’Ebimpé à Abidjan, Facinet Conté qui venait d’être royalement servi dans la profondeur par le visionnaire Aguibou Camara, avait fait le retrait à Mohamed Bayo idéalement placé et tout seul face aux buts vides, le Sily National de Guinée, aurait pris l’avantage au score sur les Léopards de la Rd Congo. C’est d’autant vrai, que toute la défense y compris le gardien tel un essaim d’abeilles, avait basculé du coté du porteur de la balle. Des exemples de ce genre, sont légion dans le football et sont le plus souvent dus, au désir ardent de se voir attribuer, l’inscription du but et la montée en flèche de l’auteur dans la concurrence, pour les places en sélection. Pourtant il ya des exceptions. C’est le cas de Naby Laye Papa Camara lors de la finale aller de la Coupe d’Afrique des Clubs Champions, qui opposait le Hearts Of Oak d’Accra, au Hafia fc de Conakry. Dans un mouvement d’ensemble coordonné et en progression à la lisière de la surface de réparation, c’est Amara Touré nouvellement titulaire au sein de l’équipe, dont même le classement avait fait l’objet de sérieuses discussions, qui hérite de la balle. Ne se sentant pas en confiance, il veut le remettre à son capitaine Papa Camara. Ce dernier voyant la bonne position de Amara Touré face au but, lui dira en Soussou «AFI » C’est-à-dire, shoote. Il shoota et il marqua. Ce sera d’ailleurs, l’unique but de la partie et qui aura valu, tout son pesant d’or au match retour disputé le dix huit Décembre 1977 au Stade du 28 Septembre de Conakry et remporté par le Hafia fc, qui signait ainsi, le Premier Triplé Continental des Clubs Champions d’Afrique. A cette CAN qui se poursuit en Cote d’Ivoire, on a vu le Nigérian, le Ballon d’Or Africain, Victor Osihmen, après avoir résisté aux charges de ses gardes du corps, a généreusement servi son partenaire le mieux placé qui alla inscrire le but contre la Guinée-Bissau en phases de poules. Comme quoi, la générosité existe même en football et est la plupart du temps, portés par des hommes qui en font l’illustration dans la vie courante. Et ont souvent, de la ressemblance physique tout en évoluant sur un registre commun de classe, de technique et de génie. Malgré qu’ils n’appartiennent pas à la même génération, le Guinéen Papa Camara et le Nigérian Victor Osihmen se ressemblent fort bien.

Amadou Diouldé Diallo à la CAN.