GOUVERNEMENT : UN FILS DE TELIMELE Y FAIT SON ENTREE

220

Il a pour nom, Oumar Diouhé Bah du Village de Kambaya, sous-préfecture de Sinta, dans l’ancien Canton de Monoma à Famille Régnante Helayanké de Timbi-Touni, tout comme d’ailleurs, celui de Bambaya qui comprenait les sous-préfectures actuelles de Daramagnaki, Konsotami et Kawessi. Le nouveau Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique, est un Docteur en  Biochimie qui a fait de brillantes études en France. Il est le Fondateur du Laboratoire Biomar sise à la Minière. Il est le Troisième de la Préfecture de Télimélé, à occuper la fonction de Ministre, après le Mathématicien Ibrahima Bah dit « Jules », du quartier Menyéré dans le Singuéléma, au Commerce Intérieur sous la Première République, et le Général d’Armée Mamadou Korka Diallo, de la sous-préfecture de Brouwal Sounki dans l’ancien Canton de Donghol, à l’Industrie, Commerce, Petites et Moyennes Entreprises, sous le CNND. En 65 ans d’Indépendance, alors que Labé, Dalaba, Mamou, Kindia, Coyah, Dubréka, Boké, Kouroussa, Kankan, Siguiri, Kissidougou, Macenta et Nzérékoré par exemple, se font la part belle dans l’Administration Civile et Militaire. Même le voisin Gaoual, est à son Septième Ministre. Et tout ceci, sans compter les Secrétaires Généraux, Chefs de Cabinet, Directeurs de Sociétés et Entreprises d’Etat publiques, Mixtes ou privées. Ajoutons-y les Préfets et Gouverneurs, les Ambassades aussi. Nulle part vous ne trouverez un fils de Télimélé. A date, et ce jusqu’à plus ample informé, seuls le Directeur National Adjoint de la Police Nationale, le Colonel Abdoulaye Thiam Diallo, et la Directrice Nationale Adjointe de la Salubrité Publique, Mme Fofana Néné Nbourou Diallo, sont promus à des postes élevés de responsabilités. Et pourtant, Télimélé dispose de ressources humaines de qualité, capables d’occuper toutes les fonctions administratives, même en cas de tests ou de concours. Malheureusement, ces règles n’ont pas droit de cité dans ce pays. Les nominations obéissent plutôt au clanisme, au tribalisme, à  l’ethnocentrisme, au régionalisme et au copinage qui font que, la plupart des leviers de l’Etat, les postes régaliens et les régies financières, sont du domaine réservé de la communauté à laquelle appartient le Président de la République, donc de l’Exécutif, ainsi que le Législatif. Voilà, ce dont Télimélé est victime depuis 65 ans.

Et pourtant, elle compte 15 sous-préfectures, et est la seule en Guinée, a être limitrophe de 8 Préfectures de la Basse et de la Moyenne-Guinée, avec un kaléidoscope naturel et humain qui n’a de ressemblance que la Nation arc en ciel de l’Afrique du Sud, des merveilles comme  la mystérieuse Grotte de Guémé Sangan, la Capitale du Royaume Dénianké de Koly Tenguela,  le majestueux Fleuve Konkouré, sur lequel sont réalisés, les barrages de Kaléta et de Souapiti, la source de la Fatala, la Kakrima et le Tominé y sont aussi présents, faisant ainsi de Télimélé, un véritable château d’eau. Le réputé col de Loubha, le Rocher percé de Wonkou, ainsi que les villages Saints des Chérifs de Boussoura, des Erudits de Competa et de Daroul, la Mosquée Tricentenaire de Missidé-Télico et bien d’autres, viennent compléter ce riche tableau géo-historique, aux confluents des eaux nourricières, aux carrefours des civilisations, sur ces terres bauxitiques d’une des meilleures teneurs au monde.

Comme si la Géographie, l’Histoire, la Sociologie et la Culture s’étaient données rendez-vous en ces lieux ou on retrouve même la descendance de l’Almamy Samory Touré et de son Frère Cadet et Chef de ses Armées, Kémé Bouréma, les Kouyaté, mais aussi, l’unique village en Guinée, dont tous les habitants sont Doumbouya. Il s’agit de Souloudji dans la sous-préfecture de Sinta, qui fut fondé par Alpha Mamadou Sanka, tandis que son grand frère Alpha Ibrahima Saré, fondait non loin de là, celui de Saressen. Tous deux vinrent de Diongassy dans Pita.

Ce serait peu dire, ou rien dire du tout, que Télimélé, est une terre des Peuls en majorité, et des Soussous, plus présents dans les sous-préfectures de Sogolon et de Kollet.

Il faut espérer que cet acte majeur et significatif du Colonel Mamadi Doumbouya, soit le début de la réparation de tant d’injustices, de tant de discriminations et d’exclusion, des fils de Télimélé de l’Administration Publique. C’est pourquoi, il ya lieu de saluer le geste magnanime qu’il vient de poser, en nommant notre frère Docteur Oumar Diouhé Bah, Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique. Voilà qui vient s’ajouter à Son Excellence Mamadou Diouldé Diallo, le  Vice-président de la République sœur de Sierra Léone, un autre fils de Télimélé.

Mon Colonel, vivement d’autres nominations des fils de Télimélé chez Nénan Binta Laly Sow.

Télimélé Na Bourouré, Télimélé Goto Gaynay.

 

                                                            Amadou Diouldé Diallo