GUINÉE: LES INFRASTRUCTURES SPORTIVES (Suite et fin)

569

N’eurent été les détournements des fonds destinés à la réalisation des projets dans ce domaine par les commis de l’Etat en complicité avec les entrepreneurs auxquels les marchés avaient été attribués, le Général  Lansana Conté aurait nul doute été le meilleur bâtisseur d’infrastructures sportives en Guinée.

La liste de celles qui avaient été entièrement financées et qui malheureusement n’ont connues pas même un début d’exécution, l’illustre éloquemment.

On peut citer le stade de Kamsar qui a été finalement réalisé par la CBG, les stades régionaux de Kindia, de Mamou et de N’Zérékoré.

Pour ce dernier, des informations révèlent le payement en deux tranches de près de vingt milliards de francs guinéens, à une entreprise bien connue de la place lorsque Lansana Kouyaté était Premier Ministre. Des réunions de travail auxquelles aurait régulièrement pris part un certain Monsieur Bah du Ministère de la Jeunesse et des Sports, autour des cadres du Ministère du Plan, des Finances, des Grands  Projets et des représentants de l’entreprise en question , se tenaient au Plan. Les PV de ces réunions seraient toujours disponibles au Ministère du Plan et de la Coopération Internationale.

Toujours au sujet du Stade du 3 Avril de N’Zérékoré, on rapporte que lors de l’immersion gouvernementale, la Notabilité de la ville aurait interpellée le Premier Ministre Mohamed Béavogui et le Ministre des Sports Lansana Béa Diallo, sur l’état de vétusté du stade pourtant entièrement financé par l’Etat Guinéen. Malheureusement et pour des raisons de protection de l’entrepreneur, en contrepartie on ne sait de quoi, cette doléance de la Notabilité de la capitale du sud, n’aurait pas fait partie du compte-rendu général de la mission Gouvernementale. Reste à savoir si le Premier Ministre Bernard Gomou et la Ministre du Plan et de la Coopération Internationale Rose Paula Pricémou, tous deux fils de N’Zérékoré, vont exiger l’exhumation du dossier de la réalisation du stade de leur ville, ou s’ils vont tout simplement tourner la page et chercher plutôt un nouveau financement du Gouvernement afin de mettre sur le même pied d’égalité le Gbérssédou-Paris que Kindia, Labé et Kankan.

En tout cas personne n’en voudra au Premier Ministre Bernard Gomou de s’intéresser à ce dossier et de réparer le tort causé à sa ville natale par les fossoyeurs de l’économie nationale, cadres et entrepreneurs compris.

Pour preuve feu Amadou Gon Coulibaly l’ancien Premier Ministre Ivoirien, avait fait de Korogho sa ville natale, une très belle cité avec un stade de dernière génération qui sera d’ailleurs un des sites de la CAN 2023.

A ce triste tableau d’infrastructures sportives financées et non exécutées, s’ajoutent  le Palais des Sports du Stade du 28 Septembre et l’Arène de lutte traditionnelle de Koundara.

Enfin, il faut ajouter le gâchis que représente le stade de Friguiagbé que Fodé Soumah alors Tout-Puissant Vice-gouverneur de la Banque Centrale de la République de Guinée et Parrain National du PUP,  le parti du Général Lansana Conté, avait entrepris les travaux au détriment de celui de Kindia-Centre.

La raison était, une interprétation de l’histoire qui ferait de Manga Frigui le fondateur de Friguiagbé, l’oncle de Manga Kindi Camara le fondateur de Kindia.ce qui selon lui et de nombreux observateurs, confère au premier une antériorité sur le second.

Un autre gâchis du côté de Kondéya, le village natal de Hadja M’mah Camara la mère du Général Lansana Conté dans le Bouramaya-Fassa, a  été fait par la démagogie et l’opportunisme d’un ancien Directeur Général de la Police .

Ce dernier qui s’était proclamé fils du Général Lansana Conté dans le seul but d’avoir des faveurs et des privilèges, avait fait venir des Italiens en vue de réaliser un stade à Kondéya afin d’abriter la Coupe Hadja M’mah de Football qui se jouait tous les ans pratiquement à Friguiagbé.

 

Amadou Diouldé Diallo