LDC-CAF : DEUX ELIMINATIONS ET UNE VICTOIRE

881

La grosse déception est venue du Horoya Athlétic Club, qui quitte la compétition à ce stade alors que depuis années maintenant, il menait la course en tête dans le championnat National,  et était bien coté en bourse sur le plan Africain. A tel point que ses performances ont permis non seulement d’améliorer l’indice de notre football, mais aussi d’en faire un prétendant sérieux à la couronne continentale. Comme la planète foot a aussi ses ombres et ses lumières, il faut espérer que les dirigeants du club, sauront pousser la réflexion pour comprendre cette chute matinale de l’équipe. Normalement quand on arrive dans le gotha, on devrait à défaut de monter en altitude, se maintenir au moins au-dessus des nuages et éviter les orages qui dérèglent forcement les instruments de navigation de l’appareil en plein vol. Maintenant il faudra remobiliser les troupes et se tenir prêt à affronter les joutes du championnat dont le lancement ne devrait pas tarder.

Même si le football est fait de surprises et d’imprévus, rares ceux qui pariaient sur une qualification du Hafia aux dépens du Wydad de Casablanca, une des grosses pointures de la Ligue des Champions, à l’image de son pays le Maroc, dont la dynastie Alaouite a fait du Balompié comme le diraient les Espagnols, une diplomatie active d’affirmation et de rayonnement du Royaume. Le Premier Triple Champion d’Afrique version 2023, a courageusement signé son retour dans la cour des grands, mais ne vit ni le contexte, ni les hommes, encore moins posséder les armes pour reprendre sa place sur l’échiquier Africain. Il faudra peut-être attendre que les bourgeons de l’Académie de Khorira, grandissent pour devenir des arbres robustes et solides capables de résister aux tempêtes qui en certaines circonstances, se transforment en ouragan voire en tsunami pour emporter tout sur leur passage. Comme ce fut le cas hier samedi au grand Mohamed V de Casablanca, la ville la plus peuplée du Royaume Chérifien. La plus effervescente en matière de football aussi, avec des effluves populaires qui donnent un cachet de mouvements hystériques et pendulaires de supporters compacts, denses et immenses. En toute logique, le Hafia ne pouvait que se faire humilier par le lourd score de trois buts à zéro  dans ce qu’il est convenu d’appeler le haut-fourneau du football Marocain. Comme le Horoya, le Hafia devra retourner à la maison, continuer le travail en ayant pour vivier, son Académie. A défaut, il risque d’avoir des pieds qui ne procréeront pas la marche. Ce sera alors la stagnation et peut-être même, le fond du trou pour des années encore. Or, porter un nom de légende comme le Hafia est un sacerdoce à porter aux quatre vents.

La bonne nouvelle est venue du cœur du pays Baoulé, Yamouskoro, le village natal du Père Fondateur de la Nation Ivoirienne, le Médecin- Planteur-Président Nana Félix Houphouet Boigny. C’est là que le duel au couteau des Académiciens, ceux de Soar de Guinée, ont pris leur revanche 2 à 0 face à leurs homologues de Afad Djekanou. C’est ce qu’on appelle rendre la pièce de la monnaie. Evidemment, quand c’est Kindia la pépinière du football Guinéen, il n ya rien de surprenant. Le duo gagnant des Sylla, Almamy Mariador le Président dont le père Mohamed lamine Mariador, fut Secrétaire général de la Fédération Guinéenne de Football et Mamadouba Sylla Gaucher l’Entraineur. Voilà que le club obtient son ticket pour les phases de groupe de la Coupe de la Confédération, donnant ainsi une saveur toute footballistique à l’AN 65 de notre Indépendance qui sera célébrée ce 2 Octobre.

Bonne fête à tous.

Amadou Diouldé Diallo.