LE 22 BAND DE KANKAN

437

Au lendemain de l’Agression Portugaise du 22 Novembre 70, ce douloureux événement a dominé l’actualité plusieurs années après, dans tous les domaines d’activités de la vie Nationale. La culture ne fut pas en reste. Les Orchestres Nationaux et Régionaux, en firent des têtes d’affiche de leur répertoire en simples morceaux ou en concert. Selon le grand Spécialiste et Bibliothèque Vivante de la Culture Guinéenne, Jean Baptiste Williams, le Horoya Band de Kankan présenta au Festival National de 1971, le meilleur Concert sur le sujet. Ce qui lui valut d’être élevé au rang d’Orchestre National après le Bembeya Jazz de Beyla. Sous la direction de Mitoura Traoré, et comprenant entre autres, Ibrahima « Rda », Diély  Fodé Diabaté et Lanciné Kanté, l’Orchestre venu des bords du Milo, rejoignait la capitale avec un répertoire riche, varié et en majesté, le concert Tougna-Boloba. En pareille circonstance, le remplacement peut poser problème. Sauf à Kankan la ville Sainte et Culturelle logée à l’enseigne des meilleures du pays. C’est pourquoi, la constitution d’un nouvel Orchestre, se fit très rapidement tant les ressources humaines dans le domaine sont légion, mais leurs choix difficiles. Malgré tout, l’héritier du Horoya Band fut trouvé et on le nomma « 22 Band » de Kankan. Une nouveauté dans l’appellation quand on sait que jusque là, les Orchestres Régionaux avaient été baptisés des noms de fleuves comme le Bafing, la Tominé, le Dioliba, le Niandan, ou des montagnes comme le Simandou, le Nimba, le Badiar et le Loura. Kankan, venait de faire exception avec le « 22 Band » qui va aussitôt entrer dans la danse et concurrencer les meilleurs, jusqu’à atteindre la crête de la gloire avec un effectif de qualité, qui va tenir en haleine tant la ville que le pays, à la faveur des quinzaines et des festivals. Du Horoya Band au « 22 Band », le passage de flambeau se passa même au niveau familial avec Diely Fodé et ses Frères Diely Laye et Sidy Diabaté. Le premier est Bassiste et Chef d’Orchestre, et le second Chanteur. Aux deux, sont venus s’ajouter d’autres non moins valeureux comme Hamidou Sonké, Sadou Keita au vent, et Alphadio Condé le charmant Guitariste Solo. « Mousso latintanin, Fanta Condé, Ambiance JB », furent des classiques  qui transformèrent  le « Kouloumba », entendez la Permanence Fédérale de Kankan, en un bateau ivre perdu au milieu du fleuve Milo dans la profondeur des nuits folles d’ambiance et d’enthousiasme. Ces nuits, que nous avons vécues durant nos deux années universitaires à Poly-Kankan en 77-78. Nul doute que cet Orchestre, aurait pu continuer son petit bonhomme de chemin en rejoignant son ainé le Horoya Band à Conakry, si la même politique culturelle, avait continué au lendemain de la mort du Président Ahmed Sékou Touré le 26 Mars 1984.

Pour le souvenir, les membres encore vivants, se retrouvent certaines nuits, dans des espaces de Conakry, pour distiller quelques morceaux qui ont fait leur gloire d’antan en esquissant des pas de danse avec parfois, le soutien de leur Imprésario d’hier au bord du Milo, qui n’est autre que l’auteur de ces lignes. Le Sage, a eu raison de dire que quand l’esprit va à la recherche du bois mort dans la foret de souvenirs, il ramène le fagot qui lui plait.

 

Amadou Diouldé Diallo