L’HISTOIRE DE NGOLO DIARRA

890

Des expériences vécues, attestent que les Chefs dorment rarement la nuit , de peur de se faire surprendre. Car, la nuit est noire, dangereuse et mystérieuse. De sorte que c’est généralement après la prière de l’aube, ou en tout cas aux premiers rayons du soleil jusque sur les coups de 10h, le walouha comme on appelle cette période, que les Chefs et la plupart des insomniaques, trouvent le sommeil réparateur et des rêves qui sont généralement vrais dit-on. Ce fut le cas du Puissant Roi Bambara  de Ségou, Biton Koulibaly. Il avait fait un rêve qui l’aurait vite sorti de son lit. Ne parvenant pas à l’interpréter, il fit rapidement appel au devin Kanouté. Ce dernier arriva avec une petite besace contenant du sable qu’il éparpilla sur le sol. Biton Koulibaly furieux, anxieux et impatient, dit au devin. « je viens de  voir en rêve, un grand baobab dont les fruits tombaient et pourrissaient. Explique-moi vite, vite ce que cela veut dire ». Calmement, le devin Kanouté vida sa petite besace du sable qu’il contenait, et fit des figures qu’il consulta avant de donner cette réponse au Roi. « Grand Biton Koulibaly, le Grand Baobab c’est toi. Les fruits qui tombent et qui pourrissent, ceux sont tes enfants. Ça veut dire qu’aucun  d’eux ne te succèdera. En clair, s’en est fini du règne des Koulibaly sur le Royaume de Ségou ». Le Roi furieux, dégaina un sabre et voulut trancher la tête du devin Kanouté dans le but de l’intimider,  afin qu’il renonce à sa déclaration. Rien n’y fit. Alors, il demanda au Roi la permission de se retirer et de rentrer chez lui. Ce qu’il obtint, laissant Biton Koulibaly dans le doute, l’incertitude et l’espoir aussi, que cela n’arrivera jamais. Que la Dynastie des Koulibaly, la troisième Famille Régnante du Manding selon la Charte de Kouroukanfouga adoptée en 1236 à Kangaba, ne saurait perdre le trône de Ségou, la cité aux 444 Balanzas plantés sur les instructions de son  Roi pour donner de l’ombre à ses habitants.

Un jour, un percepteur d’impôts de Biton Koulibaly arriva dans un village non loin de Ségou. Il se  retrouva devant une famille qui n’avait absolument rien à payer en nature ou en pièces de monnaie. Pour éviter la sévère punition de tous ceux qui ne s’acquittaient pas de l’impôt, le père de famille donna son fils au percepteur. Il l’emmena avec lui à Ségou et lui remit au Roi Biton Koulibaly. Il s’appelait Ngolo Diarra.

A suivre

Amadou Diouldé Diallo