MOHAMED BEAVOGUI : LA REINCARNATION DE DIALLO TELLI DEUXIEME ET DERNIERE PARTIE

268

Dans ce Fouta du sabre et de l’encrier, et à cette époque, un mariage en dehors de ses frontières sortait absolument de l’ordinaire. Pourtant BEAVOGUI, l’instituteur Toma en service à Porédaka, prit pour femme Nénan Laila DIALLO, celle à qui, le flamboyant DIALLO Telli a laissé le sein.

On prénomma le premier de leur union, Mohamed. Il vit le jour en 1953 à Porédaka même, avant d’être inscrit aux deux écoles : Coranique et Française. Les deux seront sanctionnées par de brillants résultats au point qu’on commence à le voir en filigrane, être la calque et la copie conforme de son illustre oncle. Certains vont jusqu’à regretter le fait qu’on ne l’ait pas prénommé Telli.

C’est son suivant Telli BEAVOGUI qui le sera alors que l’unanimité est toute faite autour du PROPHETE MUHAMMAD (psl). Sur ce point, on fait vite de clore le débat pour suivre l’ascension vertigineuse de Mohamed BEAVOGUI qui vient de finir ses études supérieures à Poly Conakry, sanctionnées par une licence en Mécanique. Le voilà en poste au Nigéria avant que les portes du système des Nations Unies se s’ouvrent à lui sans jamais se refermer jusque-là.

IL est patron du Fida à Rome. Il gère un grand projet des Nations-Unies à Johannesburg en Afrique du Sud d’où il partira pour venir occuper les fonctions de Premier Ministre au lendemain de la prise du pouvoir par le CNRD  le 5 Septembre 2021.

Mais le fonctionnaire international le plus en vue de notre pays à ce jour, ne peut s’accommoder de la gestion Kaki. La cohabitation est impossible, les prévisions et les certitudes de ceux qui pensaient le contraire, s’effondrent. Mohamed BEAVOGUI retourne alors à ses fromages en se gardant de ne pas manger l’antilope qui est le totem des BEAVOGUI en pays Loma, qui avait déjà donné à la Guinée, le Premier Premier Ministre de son histoire, Lansana BEAVOGUI.

La belle histoire de Mohamed BEAVOGUI ne s’arrête pas. Le voilà qui vient se voir encore confier par le Fida, un projet de mobilisation de dix milliards de dollars en trois ans, pour sortir cent cinquante millions de familles  de la misère et de la pauvreté.

Sûr que si la présidente tournante du Secrétariat Général des Nations Unies avait été décidée du vivant de DIALLO Telli, il l’aurait été avant l’Ethiopien Boutros Boutros  Ghali et le Ghanaén Koffi Anan. Qui sait si demain le neveu dans une conjonction des étoiles intégrée dans un logiciel divin, n’occupera pas ce prestigieux poste qui devait marquer la fin de la carrière exceptionnelle et enviée de DIALLO Telli, l’Enfant de Porédaka.

Ce serait alors la réincarnation jusqu’au bout du bout.

 

                                                                               Amadou Diouldé DIALLO