SPORT SCOLAIRE : GENIE ET TALENT CONFIRMES

1 402

S’il ya une vérité qui ne peut faire l’objet d’aucun démenti de qui que ce soit, c’est le don naturel et les qualités exceptionnelles des Jeunes Guinéens. Tant ceux qui jouent dans les rues, les petits espaces allant des campagnes et des villes, que ceux qui vont à l’école. L’organisation par la CAF, de la Coupe des Scolaires, a été une belle opportunité pour les Scolaires de notre pays, de prouver, toute l’étendue de leurs talents et leur génie à apprivoiser un ballon, à le dompter, pour le soumettre à leur volonté. L’année dernière en Afrique du Sud, ils s’étaient royalement installés sur le toit du continent. Et les voilà qui sont finalistes, battus sur le fil du rasoir aux pénaltys, par leurs homologues Sénégalais en UFOA A en Mauritanie. Même les filles ont brillé de mille feux. Alors interrogation : Comment avec un tel potentiel, un tel vivier, la Guinée peine à bâtir des équipes compétitives dans toutes les catégories. Tout simplement parce que, la politique de réalisation des centres de formation performants à l’image du Sol Beni d’Abidjan, de Diambars et de Génération Foot du Sénégal par exemple, n’est pas effective. Même le Centre Technique de Nongo financée pourtant par la Fifa, tarde encore à donner ses premiers plants. Idem pour ceux de Yorokoguia de Antonio Souaré et de Khorira de Kpc. La solution pourrait être, l’implication directe du Gouvernement, à réaliser son propre Centre de Formation, avec des antennes dans les Huit Régions et une détection rigoureuse à l’échelle nationale. Personne, ne lui en voudra d’avoir investi dans ce domaine. Car, lorsqu’une activité devient une religion pour les populations que vous avez la charge de diriger, elle devient une priorité comme la route, l’hôpital, l’école. Bref, elle fait partie des services sociaux de base. A voir les dépenses colossales effectuées par l’Etat à la dernière CAN, on réalise que le football, vaut tout pour un pays de nos jours. Comme la répétition est pédagogique, répétons nous en disant,  que le football est devenu un échiquier sur lequel, les Nations et les Peuples, mesurent leur puissance et exercent leur souveraineté. Cela dit, il faut espérer que le futur Ministre des Sports et je ne sais de quoi, n’étant pas dans les secrets des DIEUX du détenteur des décrets pour connaitre l’architecture Gouvernementale, pourra concevoir ce projet et œuvrer à sa réalisation dans l’intérêt de notre football et de notre pays dont le passé si glorieux, en faisait une référence et une destination sur le continent et en dehors, jusqu’au lointain Mexique des Aztèques et des Incas.il ya en tout cas à rêver, quand Bah Oury le tout nouveau Premier Ministre, avait rendu une visite de courtoisie à l’un des plus éminents Footballeurs Africains, Ibrahima Sory Keita dit « Petit Sory », peu avant sa nomination. L’enfant de Kibola en pays Mikiforé à Boké à Droite, et Mamadouba Camara « Maxime », de Kissidougou à Gauche de la Sélection Africaine, dirigée par l’Algérien Rachid Melkhoulfi à la Mini-Coupe du Monde à Bahia au Brésil, avaient été sacrés Meilleurs Ailiers du Monde, tandis que le Haidara de Kindia, Souleymane Chérif, remportait le 3e Ballon d’Or Africain en 1972, qui était aussi, l’Année du Premier Sacre Continental des Clubs Champions du Hafia fc de Conakry, aux dépens du Simba Uganda Army du virevoltant Wandéra, au Nakivubo Stadium de Kampala

Amadou Diouldé Diallo