juillet 2021
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

DEVOIR DE MEMOIRE

Publié par Amadou Diouldé Diallo le

     LA BATAILLE DE BALAYA  TELIMELE       

Après la conquête du plateau central du FOUTA DIALLON et l’instauration d’un état théocratique les chefs peuls entreprirent de nouvelles guerres saintes  qui les conduisirent jusqu’à Gabou en Guinée Bissau.

Les familles aristocratiques du Timbi se dirigèrent vers l’ouest et parvinrent au bout parfois de violents combats contre les païens à leur imposer la religion musulmane.

C’est ainsi que le Dialloyanke Alpha Diawo Mawdho partit de Timbi Madina dont il est le fondateur et prit possession du DONGHOL qui comprend de nos jours, les sous-préfectures de Sarekaly Santou et Brouwal Sounki à l’exception de Manga kouloun qui relevait de LABE et qui a été rattaché par la suite à la région de Telimele après l’indépendance.

A son arrivée dans le Donghol il ne trouva d’école coranique qu’à MissideTelico œuvre des Barry arrivés plus tôt de Soumbalako dans Mamou.

L’aristocratie Hélayanké de Timbi-Touni prit possession de Bambaya et de Monoma ce qui correspond de nos jours aux sous-prefectures de Sinta,Daramagnaki etKonsotami.

Le Maci occupa le Singuéléma constitué de l’actuel quartier de Meneyré à Télimélé centre et des villages comme Gomboya et Fanta-Sodio.

Les Pathéyankés du Labé ne furent pas en reste en prenant possession du BOWE-Guemé soit les actuelles sous-préfectures de Koba et de Missira.

Il faut relever l’existence d’un autre Bowé  Leymayo cette fois-ci, dont la capitale était Madina Guilédji dans Koumbia et qui était commandé par les Séléyankés cousins du Kaldouyanké Alpha Yaya chef du Kadé avant d’être roi de Labé suite à la mort de son père Alpha Ibrahima Bassagui.

Dans cette conquête de l’ouest sous la bannière de l’islam, il ne restait plus que le Kebou dont l’étendue et la puissance des chefs païens obligèrent les 2 Timbis, Touni et Madina à faire front commun pour triompher.

Ce qui fut fait et le Kebou entra de ce fait dans les nouvelles possessions et attendit de connaitre son sort selon la répartition qui allait être faite entre les 2 alliés.

L’argument de Timbi –Madina était que Timbi-Touni disposait déjà de 2 provinces à savoir le Bambaya et le Monoma contre un seul pour lui le Donghol.

Timbi-Touni s’est dit fort de l’histoire pour avoir accueilli et offert de la terre à Alpha Diawo Maoudho arrivé de Séfouré dans le Kolladhé Kankalabé en indiquant l’autre rive de la Fétoré et en précisant TON KADI KO TIMBI KONO MAADINA labàs aussi c’est le Timbi la condition :l’islam.

Cette incompréhension doublée de la prétention à être le meilleur déboucha malheureusement sur l’affrontement entre les 2 troupes dirigées par Alpha Issiaga Mawdho pour Timbi-Madina et Thierno Madjou pour Timbi-Touni au lieu dit Balaya juste après Sinta en allant à Télimelé.

La bataille rude et sanglante tourna finalement en faveur de Timbi –Madina dont les guerriers coupèrent la tête de Thierno Madjou et le portèrent à Alpha Issiaga Mawdho qui était assis au bord d’une source.

Alors que les guerriers arrivaient en triomphateurs vers leur chef avec la tête coupée du chef du Touni Alpha Issiaga Mawdho s’exclama et dit ceci :

« Vous avez vaincu pour rien.il ne fallait pas trancher la tête de Thierno Madjou il fallait me l’emmener vivant ; c’est un Abasside son sang ne doit pas toucher le sol ; maintenant que c’est chose faite Timbi-Madina perdra le Kebou ».

Il en sera ainsi car la nouvelle de la violente bataille parvint à L’almamy Amadou de Timbo qui s’exclama en disant « Comment des frères et des voisins dont le crachat de l’un tombe devant la case de l’autre peuvent-ils après avoir menés une guerre sainte, ne pas s’entendre sur le partage des terres et se livrer bataille jusqu’à la décapitation de Thierno Madjou »

Et Almamy Amadou trancha sur le champ en donnant au Kebou son indépendance vis-à-vis des 2 Timbis alliés et conquérants.

C’est ainsi que la famille des Irlabhes venus les premiers de Popodara dans Labe prirent le commandement du Kebou à travers le seul survivant de la bataille de Kola la capitale Alpha Ibrahima Kola fils de Mody Kodiougou et petit fils de Mody Doulla Bobo,père du Commandant Almamy Diallo et de Alpha Mamoudou le père de l’ancien deputé  uninominal de Télimele Dian Bailo ancien directeur national de la Pêche dont la mère est de la famille aristocratique Camara de Tormelin.Ce Canton faisait limite avec le Kébou qui comprenait tout l’actuel Fria moins Tormelin bien entendu, Télimele centre moins Menyere ,les sous-préfectures de Tyontyan et de Tarihoye.

On raconte qu’Alpha Ibrahima Kola aurait épousé 100 femmes pour pallier le déficit humain de la terrible bataille entre les 2 Timbis et sera succédé par son fils Alpha Mamoudou.

Les sous-prefectures de Sogolon et de Kollet sont restés Soussous parceque n’ayant pas subies l’invasion Peule, et queTelimélé serait la contraction linguistique de Téli et de Meli le nom d’un même arbre dans les 2 langues, signe évident de la bonne cohabitation entre les 2 communautés.

A signaler enfin qu’en vous rendant à Telimele après avoir franchi le pont sur le Konkouré non loin de

Kambaya à votre droite, se trouve le chemin qui conduit à Gueme-Sangan et sa mythique grotte capitale du Royaume Dénianké des Poulis Koly Diadié et de son fils le légendaire Koly-Tenguela.

C’est peut-être en revisitant l’histoire que Sékou TOURE s’était opposé à ce qu’un Peule soit Secrétaire Fédéral du PDG à Télimelé.

La fonction sera assumée par Elhadj Abou Camara un Soussou menuisier de son état, natif de Kollet qui fait limite avec Dubréka et Boffa dont relèvent les villages de Toumania, Simbaraya et Garama et qui pourraient être du Canton de Téné dans Kindia ou tout simplement de bons voisins sur les 2 rives du Konkouré.

                                                                                            Amadou Diouldé Diallo

Catégories : Histoire

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *