FOOTBALL TOURNOI SCOLAIRE DE LA CAF LA GUINÉE CONFIRME SON POTENTIEL

303

il est d’une évidence crue que la guinée possède les meilleures ressources à la base en matière de football.

cela vient de se confirmer au récent tournoi scolaire organisé par la CAF en Afrique du Sud.

jusqu’au bout du bout l’école Ben Sékou Sylla de Conakry qui représentait notre pays a fait étalage de son génie et de son talent en s’adjugeant royalement le trophée au nez et à la barbe de ses nombreux et futés concurrents.

c’est la preuve que le football guinéen est admirable à l’état pur et que son problème se situe au niveau des paliers intermédiaires ou s’opère une importance fracture dont la conséquence est la stagnation et le passage aux étapes supérieures de l’affirmation et de l’excellence.

cette victoire est aussi la preuve que l’école reste et demeure le seul creuset viable d’éclosion et de formation des talents au double plan académique et sportif.

de nos jours l’exigence pour tous les détecteurs entraineurs et agents de joueurs c’est la synergie entre la formation et l’affirmation sur le terrain.

l’une ne pouvant aller sans l’autre, de gros investissements ont été effectués par les clubs, la FIFA et la CAF dans la réalisation des centres de formation devenus de véritables viviers qui déversent chaque année sur le marché du muscle des centaines de jeunes footballeurs souvent issus de milieux pauvres dont la vente du talent abrège les souffrances de leurs familles voire de leurs villages.

et ce n »est pas tout.car dans ce qui est convenu d’appeler la chasse au muscle africain et sud américain ces stars du cuir rond deviennent des icônes de leurs pays lorsqu’ils sont appelés en équipes nationales et qu’ils additionnent les virevoltes et engrangent des trophées qui consacrent la suprématie de leurs nations dans de prestigieuses compétitions.

C’est l’installation de notre pays sur le toit de l’Afrique au tournoi scolaire d’Afrique du sud, doit interpeller nos dirigeants sur l’impérieuse nécessité de définir urgemment une nouvelle politique sportive qui prendra largement en compte la pratique à l’école ,tout en encourageant et en accompagnant le secteur privé à investir dans le football à travers une prise en charge de clubs omnisports dotés de centres de formation pluridisciplinaires.

a date le football guinéen regorge plus de produits de déperdition scolaire que de joueurs détectés,suivis entretenus et formés avant d’être aptes à répondre présents dans les clubs locaux et par la suite sur l’impitoyable marché du muscle européen.

C’est le seul chemin qui mène à la gloire et au retour de notre pays sur l’échiquier africain et international.

Faute de ces courages décisions prises et l’emprunt des chemins rocailleux et difficiles,il n’ya malheureusement pas d’alternative à ces choix douloureux et amers de la gentiane mais qui apportent sur le moyen terme ou la durée ,la douceur de la canne à sucre.

En attendant le ballon de la planète foot,continue de rebondir partout et de procurer des joies immenses et des effluves populaires à des milliards de fans par sa puissante magie de mobilisation et de déferlante unique sur le tableau des activités qui font bien et mieux l’humanité.

A nous guinéens de nous interroger si nous pouvons être absents de la fête planétaire du cuir rond ou nous juste nous contenter des vieux os de la chasse ou du festin aux nombreux convives.

Amadou Diouldé Diallo